STAFFORD CLUB DE FRANCE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Joe Mallen remembers; An interview by Mary Pringle from Dog World, April 27 1973

Aller en bas

Joe Mallen remembers; An interview by Mary Pringle from Dog World, April 27 1973 Empty Joe Mallen remembers; An interview by Mary Pringle from Dog World, April 27 1973

Message par chrys le Lun 16 Juin - 12:21

The Black Country has been the home of the Staffordshire Bull Terrier since long before 1935 when the breed was first registered with the Kennel Club. Before this date, these dogs were referred to as Fighting Terriers, Bull and Terriers or Pit Dogs and were kept mainly by workers in the chain and iron factories, or by miners. Times were hard, wages small, hours long. Men and women (for women, too, worked in the chain factories) were tough; therefore it is not surprising that these folk were not squeamish about the form of relaxation to be had. Those who had the room and inclination kept pigeons, poultry or dogs. Pigeons and Whippets meant racing, cocks and "bull and terriers" meant fighting. Although illegal, fighting went on right into the thirties; some say it goes on even today! Many who didn't own any livestock went along to watch and wager bets, however small. It was all part of life and even the church at Wednesbury has a cock, spurred and trimmed, so they tell me.

All these thoughts, and many more were in my mind as we sped down the M6. At the Halesowen turn off we quickly reached the peace and beauty at the edege of the Black Country, glad to leave the grim dirt and belching chimneys behind us. We ambled through Pedmore and Stourbridge to the lovely village of ???. Here we stopped and enquired the way to Joe Mallen's home at White Hill. We had no fifficulty whatsoever, for of course the workmen we asked had all heard of Joe. At 82, having been interviewed more than once by men from the "telly" and radio, Joe's fame has spread far beyond his doggy friends.

On arrival at the trim little bungalow "De Boxill" (named by Joe's late wife Lil, after their good friend Dr Boxill) we were greeted by a small, rough haired, white terrier chained to an old fashioned, spotlessly clean kennel. She sniffed and moved her head in approval; she knew right away that we were friends, and that Joe, who was hurrying out to meet us, was safe. After a little fuss and a pat, she settled down contently to snooze once more in the warm sun. The pale, sightless eyes closed, and she continued to dream on about her 15 years of rat catching and such like. She serves her master well, now that he's too old to keep a fighting dog.

Once inside, we were immediately made very welcome, and within seconds my glass, with a beautifully engraved fighting cock on it, was filled to the brim, and so were Joe's and my husband's. For those who don't know, Joe's favourite motto is-"Win or lose, we'll have some booze". Well, Joe and I have enjoyed many a drink together, but not at "De Boxill" before, so there was plenty to toast and talk about.

It was on July 11, 1890 at Cradley Heath, that Joe was born into a vastly different world from today's. At 13, he left school and started to work, blowing a pair of bellows for a chainmaker, from 6 am to 5 pm. When he reached 14 he went to William Harback's Anchor Works, striking on anchors until he was 16. Then on to William Griffins & Sons, Triton Works, Cradley Heath, where he worked for 54 years.

Joe married Lil at Lye when he was 21, and how he misses her today, but he finds some consolation in the knowledge that she was one of the best loved and most respected women the Staffordshire Bull Terrier fraternity has ever known. On July 11, 1921 they took over the management of the Cross Guns Inn (sometimes known as the Old Cross Guns), Cradley Heath, and Joe continued to do a full time job. A great deal of work fell on Lil's capable shoulders. They were a handsome, popular couple, well thought of by the brewery and all who knew them. Joe was well made, strong as a bull and very handy with his fists.

By now the fighting dogs were as much a part of married life as their young daughter May. In those days dogs were kept as dogs-in kennels, outhouses and in the pub cellars. These dogs were what is known in Stafford language as "dead game", which means that they had courage and were known to be able to fight, otherwise they were not tolerated. With customers in the pub, friends and the family they were very friendly creatures, and any child could have a rough and tumble with them. Even when exercised outside on collar and lead, they were not raving lunatics, looking for other dogs to kill, as so many people like to imagine. It was only when such dogs were prepared for a fight and ready to be slipped loose that they changed. Joe's first bitch was a great granddaughter of a dog called Blue Jack. This dog was owned by Walter Slim, the uncle of a family friend, and he came from Smethwick. The bitch was a fawn colored, cut eared (cropped) Stafford.

The names of some other dogs to look for in old pedigrees, which Joe has owned or bred, are Mallen's Nell, Brave Nell, Oldcrossguns Lucky Jim, Simon, Trudy, Cradley Tyke, Sally, Show Boy, Cross Guns Johnson, Lady Liquer, Carless Bill, Alf's Kit, Lofafellow, The Great Bomber, Stowcote Pride, and of course Ch Gentleman Jim. Joe also bred Triton Judy, Ch Gentleman Jim's dam, and gave her to Jack Dunn. Fearless Joe was Judy's litter brother and went to Harry Pegg. There is no doubt that the dog which will always be associated with Joe Mallen's name is Ch Gentleman Jim, the first dog to become a champion in the breed. Jim won his tickets under Harry pegg at Cruft's on February 8 1939, H N Beilby at WELKS, May 3, and A W Fulwood at Bath, May 4, and on that latter day Joe Dunn's Lady Eve became the first champion Stafford bitch.



Standing in a place of honour at Joe's home is the silver tray presented by Arthur Heald for that memorable Cruft's win, and around the walls are photos of some early shows, and a very old frame with a notice about Blue Jack, stating that this dog is "Open to fight anything in the world from 50 to 500 lbs" at Smethwick, 1893.

When Ch Gentleman Jim died it was all reported on in the local press, and he was buried in state alongside the railway by William Griffins Works. There isn't a Stafford fancier in the whole world who hasn't heard of Jim, that pied wonder, dead game-the highest praise of all, worth more than all your Cruft's certificates. I looked at a bit of jaw bone with one of Jim's fangs attached to it, with nearly the same reverence as a pilgrim to Rome looks at a sacred relic, for I too, like so many more, have boasted that my first bitch went back to Jim. Of what fun and companionship they all had in the early days, in spite of the hard times and little money! After the formation of the Staffordshire Bull Terrier Club in 1935, Joe and his pals travelled up and down the country, by tram, train, coach and very occasionally by car, to support the Stafford classes. There are too many names to record all, but special friends were Jack Dunn, Amos Smith, Arthur Baxter, Bill Tip, Jimmy Timmington, Dr Boxill and E Rollason. What tales I've heard of some of their outings!

We cold have gone on all day talking about old times, about dogs and odd characters who put rabbits and rats in their shirts, and then added a ferret and awaited the results! Or who bit the heads off rats, all for bets or pints, and about the cocks that Joe and his friends used to breed, not just tiny beauties but fine, proud 5 to 6 lb ones, as carefully bred and as game as the Staffords. However, daughter May's turkeys neede feeding up at the farm, and Joe had to get up there to see to them, and we alas had to set off back to Lancashire. So regretfully we made our way, via the local pub, where we bumped into other Stafford enthusiasts, and then towards the farm, where we eventually dropped Joe off.

As we waved goodbye to our wonderful old friend, thoughts of the words written on the testimonial, given to Joe on his retirement from William Griffins & Sons Ltd., for the period of his work there (1904-1958): "As a maker of large diameter chain and of general smithwork, there can be none to surpass him, and few to equal him". Let no Stafford owner ever forget all that Joe and his pals made possible for us in 1935. At 82, Joe shows us all an example of how life is here to be lived to the full. He still "comes up to scratch" and for that Stafford folk forgive all and agree with William Griffins that "THERE'S NONE TO SURPASS HIM AND FEW TO EQUAL HIM".
chrys
chrys

Messages : 336
Date d'inscription : 11/06/2013
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Joe Mallen remembers; An interview by Mary Pringle from Dog World, April 27 1973 Empty Re: Joe Mallen remembers; An interview by Mary Pringle from Dog World, April 27 1973

Message par chrys le Lun 16 Juin - 12:22


Traductin Google:

Le Pays Noir a été le foyer de la Staffordshire Bull Terrier depuis bien avant 1935, année où la race a été enregistré au Club Canin. Avant cette date, ces chiens ont été appelés lutte contre Terrier, Bull Terriers et ou les chiens pit et ont été gardés principalement par les travailleurs de la chaîne et des usines de fer, ou par des mineurs. Les temps étaient durs, les salaires petite, de longues heures. Les hommes et les femmes (pour les femmes, aussi, travaillé dans les usines de la chaîne) ont été difficiles; il n'est donc pas surprenant que ces gens n'étaient pas dégoûtés de la forme de relaxation à avoir. Ceux qui ont eu la chambre et l'inclinaison gardé pigeons, volailles ou de chiens. Pigeons et whippets destinés course, coqs et «taureau et terrier" combats entend. Bien qu'illégale, combats se sont poursuivis jusque dans les années trente; certains disent qu'il continue encore aujourd'hui! Beaucoup de ceux qui n'étaient pas propriétaires du bétail est allé le long de regarder et paris de pari, mais petite. Il faisait partie de la vie et même l'église de Wednesbury a un coq, sous l'impulsion et parés, ils me le dire.

Toutes ces pensées, et beaucoup plus sont dans mon esprit que nous nous sommes hâtés vers le bas de la M6. Au Halesowen éteindre nous avons atteint rapidement la paix et la beauté au edege du Pays Noir, heureux de laisser la saleté sombre et cheminées crachant derrière nous. Nous ambled par Pedmore et Stourbridge du charmant village de??. Ici nous nous sommes arrêtés et demanda le chemin de la maison de Joe Mallen à White Hill. Nous n'avions pas fifficulty que ce soit, car bien sûr les ouvriers que nous avons posées avaient tous entendu parler de Joe. A 82 ans, après avoir été interrogé plus d'une fois par les hommes de la "télé" et la radio, la renommée de Joe s'est propagé au-delà de ses amis les chiens.

À l'arrivée au petit bungalow assiette "De Boxill" (nommé par la défunte épouse Lil Joe, après leur bon ami le Dr Boxill) nous avons été accueillis par une petite, d'une chevelure, terrier blanc rugueux enchaîné à une ancienne chenil, impeccablement propre. Elle renifla et remua la tête en approbation; elle savait tout de suite que nous étions amis, et que Joe, qui se hâtait à notre rencontre, était sûr. Après un peu de bruit et une tape, elle s'installe contently pour répéter une fois de plus dans la chaleur du soleil. Les yeux aveugles, pâles fermés, et elle a continué à rêver sur ses 15 années de rat attraper et les choses semblables. Elle sert son maître bien, maintenant qu'il est trop vieux pour garder un chien de combat.

Une fois à l'intérieur, nous avons été immédiatement très bien accueillis, et en quelques secondes mon verre, avec un coq de combat magnifiquement gravé sur elle, était rempli à ras bord, et ainsi étions Joe et mon mari. Pour ceux qui ne connaissent pas, la devise préférée de Joe est-"Gagner ou perdre, nous aurons quelques boissons alcoolisées". Eh bien, Joe et moi avons apprécié beaucoup boire un verre ensemble, mais pas à "De Boxill" avant, donc il y avait beaucoup à faire griller et parler.

C'était le 11 Juillet 1890 à Cradley Heath, que Joe est né dans un monde très différent de celui d'aujourd'hui. A 13 ans, il quitte l'école et a commencé à travailler, soufflant un soufflet pour un chaîniste, 6 heures-17 heures. Quand il a atteint 14 ans, il est allé à William Harback Anchor Travaux, frappant sur des ancres jusqu'à ce qu'il avait 16 ans. Ensuite, à William Griffins & Sons, Triton Travaux, Cradley Heath, où il a travaillé pendant 54 ans.

Joe a épousé Lil à Lye quand il avait 21 ans, et comment il lui manque aujourd'hui, mais il trouve quelque consolation en sachant qu'elle était l'une des femmes les plus appréciés et les plus respectés de la fraternité Staffordshire Bull Terrier a jamais connu. Le 11 Juillet 1921, ils prennent la direction de la Croix-Guns Inn (parfois connu sous le nom de la Croix-Guns anciennes), Cradley Heath, et Joe a continué à faire un travail à plein temps. Une grande partie du travail est tombé sur les épaules capables de Lil. Ils étaient un couple populaire beau, bien pensé par la brasserie et tous ceux qui les connaissaient. Joe a été bien fait, fort comme un taureau et très pratique avec ses poings.

A présent, les chiens de combat sont autant une partie de la vie conjugale que leur jeune fille mai. En ces jours-chiens ont été conservés comme des chiens dans un chenil-, dépendances et dans les caves de pub. Ces chiens étaient ce qu'on appelle dans le langage Stafford "jeu mort", ce qui signifie qu'ils ont le courage et étaient connus pour être en mesure de combattre, sinon ils ne sont pas tolérés. Avec des clients dans la pub, les amis et la famille, ils étaient des créatures très sympathiques, et un enfant pourrait avoir un rude et sèche avec eux. Même lorsqu'il est exercé à l'extérieur sur le col et le plomb, ils ne sont pas fous furieux, à la recherche d'autres chiens à tuer, comme tant de gens aiment à imaginer. Ce n'est que lorsque ces chiens ont été préparés pour un combat et prêt à être glissé lâche qu'ils ont changé. Première chienne de Joe était une arrière petite-fille d'un chien appelé Blue Jack. Ce chien a été possédé par Walter Slim, l'oncle d'un ami de la famille, et il est venu de Smethwick. La chienne était un fauve couleur, coupe oreilles (recadrée) Stafford.

Les noms de certains autres chiens à rechercher dans les anciens pedigrees, qui Joe a possédés ou élevés, sont de Mallen Nell, Brave Nell, Oldcrossguns chanceux Jim, Simon, Trudy, Cradley Tyke, Sally, Afficher Boy, Cross Guns Johnson, Lady Liqueur, Carless projet de loi, le kit de Alf, Lofafellow, Le Grand Attentat, Stowcote fierté, et bien sûr Ch Gentleman Jim. Joe a également élevé la mère de Triton Judy, Ch Gentleman Jim, et lui a donné à Jack Dunn. Peur Joe était frère de portée de Judy et se rendit à Harry Pegg. Il ne fait aucun doute que le chien qui sera toujours associé avec le nom de Joe Mallen est Ch Gentleman Jim, le premier chien à devenir un champion de la race. Jim a remporté ses billets sous Harry Pegg à CRUFT de le 8 Février 1939, HN Beilby à WELKS, le 3 mai, et AW Fulwood à Bath, le 4 mai, et sur ce dernier jour Lady Eve Joe Dunn est devenu le premier champion Stafford chienne.



Debout dans une place d'honneur à la maison de Joe est le plateau d'argent présenté par Arthur Heald pour la victoire de ce mémorable Cruft, et sur les murs sont des photos de certains des premiers spectacles, et un cadre très ancien avec un avis à propos de Blue Jack, indiquant que ce chien est "ouverte à lutter contre quelque chose dans le monde de 50 à 500 LBS» à Smethwick, 1893.

Lorsque Ch Gentleman Jim est mort, il a été tout indiqué dans la presse locale, et il a été enterré dans l'état le long de la voie ferrée par William Griffons Travaux. Il n'est pas un amateur Stafford dans le monde entier qui n'a pas entendu parler de Jim, cette merveille pied, mort jeu les plus grands éloges de tous, vaut plus que tous vos certificats de cochonneries. J'ai regardé un peu de mâchoire avec l'un des crocs de Jim qui lui sont attachés, avec presque le même respect en tant que pèlerin à Rome ressemble à une relique sacrée, pour moi aussi, comme tant d'autres, ont vanté que ma première chienne revint Jim. De ce plaisir et de camaraderie qu'ils avaient tous dans les premiers jours, en dépit des moments difficiles et peu d'argent! Après la formation du Staffordshire Bull Terrier Club 1935, Joe et ses amis parcouraient le pays, en tram, train, autocar et très rarement en voiture, pour soutenir les classes Stafford. Il ya trop de noms à enregistrer tous, mais les amis spéciaux étaient Jack Dunn, Amos Smith, Arthur Baxter, le projet de loi Tip, Jimmy Timmington, Dr Boxill et E Rollason. Qu'est-ce que les contes J'ai entendu parler de certains de leurs sorties!

Nous avons fait froid toute la journée à parler du bon vieux temps, sur des chiens et des personnages étranges qui mettent des lapins et des rats dans leurs chemises, et ensuite ajouté un furet et attendu les résultats! Ou qui a mordu la tête hors rats, tous les paris ou pintes, et sur les robinets que Joe et ses amis utilisables pour la sélection, et pas seulement de petites beautés, mais bien, fiers de 5 à 6 lb ceux, aussi soigneusement élevés et que le jeu Staffords . Toutefois, les dindes de neede fille de mai alimentation à la ferme, et Joe a dû se lever là pour voir à eux, et nous avons eu hélas pour déclencher de nouveau à Lancashire. Donc, malheureusement nous avons fait notre chemin, via le pub local, où nous avons rencontré d'autres passionnés Stafford, puis vers la ferme, où nous avons finalement laissé tomber Joe off.

Comme nous l'avons dit au revoir à notre merveilleux vieil ami, pensées des mots écrits sur le témoignage, donné à Joe sur sa retraite de William Griffins & Sons Ltd, pour la période de son travail, il (1904-1958): "En tant que fabricant de la chaîne de grand diamètre et de smithwork général, il peut y avoir personne pour le dépasser, et quelques-uns à l'égaler ". Que personne ne propriétaire Stafford jamais oublier tout ce que Joe et ses amis ont fait possible pour nous en 1935. A 82 ans, Joe nous montre tout un exemple de la façon dont la vie est ici pour être vécue en plénitude. Il reste "est à la hauteur" et que Stafford populaire pardonne tout et suis d'accord avec William Griffins que "IL YA AUCUN dépasser LUI ET QUELQUES à l'égalité LUI".








chrys
chrys

Messages : 336
Date d'inscription : 11/06/2013
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum